Méthodes pédagogiques des Mastères 1 et 2 Droit et Pratique des Affaires

Des méthodes variées

Les moyens utilisés pour développer les savoir-faire du juriste sont multiples et choisis par les enseignants en fonction de l’objectif pédagogique du module.

Ils sont souvent utilisés concomitamment par les enseignants qui peuvent changer de méthodes en fonction de la complexité du thème ou de la tâche abordés.

Quatre méthodes sont principalement appliquées au sein de l’école : elles permettent avant tout aux étudiants d’être placés au coeur de la pratique professionnelle et de développer un raisonnement juridique construit et efficace.

La méthode démonstrative

La méthode démonstrative est prisée par les formateurs de l’école car la transmission de la pratique du droit ne peut se faire sans mise en situation.

Cette méthode consiste pour le formateur à présenter un raisonnement ou un savoir-faire et à proposer ensuite une mise en application avec accompagnement des apprentissages.

Le formateur transmet donc des connaissances ou des savoir-faire sous forme d’un exposé qui démontre un raisonnement ou une tâche concrète. Puis il propose une application pratique pour donner aux apprenants la possibilité de faire leur propre expérience, de reformuler la démonstration et de se l’approprier. Ainsi, à l’exposé du formateur succède un exposé ou une action de l’apprenant qui mémorise en faisant et en reformulant.

La méthode interrogative

La méthode interrogative, très souvent utilisée, est très adaptée au raisonnement juridique qui passe souvent par la formulation d’une question de droit.

Par un questionnement approprié du formateur, l’apprenant va construire ses propres connaissances par lui-même en répondant aux questions et en s’en posant de nouvelles. L’organisation d’un débat ou d’une interview peut servir de cadre à cette méthode pédagogique.

Le formateur occupe alors un rôle plus passif et l’apprenant est plus actif dans le processus d’apprentissage.

La méthode active ou expérimentale

La méthode active ou expérimentale est un très bon moyen de confronter directement l’apprenant à un certain nombre de situations professionnelles et de lui donner confiance en sa capacité individuelle ou collective de raisonnement.

Dans cette méthode, l’action et l’expérience vécue sont le point de départ l’apprentissage. Le formateur est alors un guide, un médiateur qui a créé en amont du cours, un scénario pédagogique qui permet à l’apprenant d’apprendre en se trompant et en hésitant.

Les formateurs utilisent les études de cas, les simulations, les jeux de rôle ou encore les projets de groupe pour appliquer cette méthode. A l’appui de cette méthode, ils favorisent également le travail collaboratif.

La méthode magistrale

La méthode magistrale, assez peu utilisée au sein de l’école, s’attache à rendre les apprenants acteurs de leur propre apprentissage en insistant sur leur participation personnelle. En invitant les étudiants à s’impliquer et à s’engager dans leur apprentissage, ceux-ci sont alors plus à même de prendre des initiatives, d’aller plus loin et de proposer des projets qu’ils pourront mettre en pratique en groupe au sein de l’école et avec son réseau de partenaires.